Défi lecture : mais t’en es où ?

C’est vrai que ça fait longtemps que je ne t’ai pas parlé de mon défi lecture. Il faut dire que ça fait un moment que je ne t’ai pas parlé de quoi que ce soit. Et puis je n’avais pas forcément grand chose à dire sur le sujet parce que MON DIEU que j’en ai lu des daubes.

Oui, je sais, ça fait snobinarde de le dire, et puis la critique et facile, t’as qu’à y aller toi Mme Givrée, va écrire un livre et le publier et on verra si c’est une daube ou pas ! (ahem… oui, je viens de m’auto-disputer publiquement. J’étais à deux doigts de la flagellation, on l’a échappée belle !). Mais je maintiens, j’ai lu beaucoup de choses que je n’ai vraiment, mais alors vraiment pas aimées ces derniers temps.

woman-1852907_1920

Source : Pexels

Il y a eu un livre dont je ne me souviens plus le titre, tellement il m’a assommée, puis j’ai relu The Queen and I de Sue Townsend parce que je vais bosser dessus avec mes élèves. Un petit crochet par Shakespeare avec Will le Magnifique de Stephen Greenblatt, puis un livre qui devait entrer dans la catégorie « titre avec un seul mot » de mon défi 2019, c’était Sachiko d’Anthony Swofford mais… je l’ai arrêté après 80 pages lues en deux semaines, parce que je m’endormais dessus systématiquement. J’ai essayé de m’acharner, mais au bout d’un moment il faut savoir comprendre les messages pas subliminaux de son propre cerveau et apprendre à lâcher l’affaire.

Reste avec moi quand même, j’ai un peu avancé :

Un livre de plus de 500 pages

Depuis des années que je voulais le lire, j’ai ENFIN lu et terminé Geisha, d’Arthur Golden. On ne présent plus ce livre mais je vais quand même te le présenter vite fait : c’est l’histoire (basée sur une histoire vraie) de Chiyo, très jolie petite fille aux yeux d’eau, qui est achetée à son père avec sa sœur alors que leur mère est en train de mourir, et emmenées à Kyoto. On l’emmène dans une école de geishas. Elle deviendra Sayuri, l’une des geishas ou courtisanes les plus appréciées de la ville, excellant dans l’art du chant, de la danse et de l’amour, maîtrisant parfaitement la science de la toilette et du thé.

asia-1822520_1920

Source : sasint

Comme j’en avais eu le pressentiment il y a des années en voyant le roman traîner dans le salon chez ma grand-mère, la lecture de ce livre m’a profondément dérangée. Tout le monde y voit un aspect plus ou moins désuet de la culture nippone, mais je pense qu’il ne faut pas mettre n’importe quoi derrière le mot « culture » : éduquer des petites filles dans l’idée qu’un jour elles seront des courtisanes, les apprendre à faire de tous les gestes de gestes de séduction, mettre en vente leur virginité et soutenir un système dans lequel ces femmes ne sont rien sans un amant qui les entretient, c’est profondément choquant à mon sens.

Un livre qui se lit en un jour.

J.M. Coetzee et moi, on n’était déjà pas très potes quand j’étais à la fac et qu’un prof australien nous a imposé la lecture de Disgrace, qui suit les tribulations d’un professeur d’université accusé de harcèlement sexuel qui se retire à la campagne pour renouer avec sa fille qui se trouve attendre un enfant issu d’un viol (ô joie, ô bonheur, ô lecture adorée). Cette fois-ci, j’ai lu Youth, du même auteur, et si ce roman est relativement court et peut tout à fait se lire en un jour, je confirme que je ne suis toujours pas très copine avec cet auteur.

Allez, je te raconte :

Étudiant en mathématiques en Afrique du Sud, John dévore des livres pour réaliser son projet : quitter l’Afrique du Sud, s’installer à Londres, trouver l’amour et consacrer sa vie à l’écriture. Mais Londres se révèle être un enfer pour lui. Dans cette ville, il reste un étranger, et il constate qu’il manque de motivation, d’élan, d’aplomb, qu’il n’est pas dans son élément.

london-3841024_1920

Source : jplenio

C’était une bonne idée de base, et il paraît que ce livre est en grande partie autobiographique, mais je ne suis pas une grande fan du style de J.M. Coetzee.

J’aurai essayé !

Un livre recommandé par le / la bibliothécaire

Pour finir cette série des livres qui ne m’ont pas emballée, laisse moi te parler de La Fille du Cryptographe de Pablo de Santis. Sur le papier (haha, la fille qui fait de l’humour), ce livre avait tout pour me plaire :

Miguel Dorey est atteint d’un défaut d’audition et obsédé par les langages secrets des civilisations oubliées ainsi que par les codes de l’espionnage. Avec ses camarades du cours du professeur Colina Ross, il fonde un Cercle des cryptographes.
L’agitation étudiante de 1968 va permettre à Miguel de rencontrer Eleonora, une jeune fille pleine de secrets. Mais l’instauration de la dictature dans les années 70 et l’irruption de Victor Crámer, un vieil ennemi du professeur, transforment le paisible Cercle en une organisation proche de la lutte armée qui finira par tomber aux mains des militaires.
Emprisonnés, isolés du monde, les étudiants sont chargés de déchiffrer tous les écrits confisqués par l’armée, et Miguel découvre des secrets qu’il doit cacher.

De la linguistique, des codes à déchiffrer, un secret à cacher, ce livre promettait d’être palpitant et m’a donné envie.

En réalité, le rythme est trop lent à mon goût, l’emphase est mise sur l’intériorité du personnage principale, souvent à tort, et les descriptions tuent le déroulé de l’action. Pour résumer : ça aurait pu être mieux !

Et toi en ce moment, tu lis quoi ?

Publicités

4 commentaires

  1. En ce moment je lis « La mémoire des embruns » de Karen Viggers. Pour moi c’est la découverte de la Tasmanie et de l’Antarctique… c’est très dépaysant. J’avance lentement mais je me laisse emporter.
    Sinon j’ai fini le deuxième tome d’une série de Malika Ferdjoukh « Broadway Limited », un roman pour ados qui se passe à la fin des années 40 à New York. J’adore !

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis assez d’accord pour Geisha, même si j’ai néanmoins beaucoup aimé ce roman ! Pour la version non romancée, j’avais lu Mémoire d’une Geisha de Yuki Inoue.

    Sinon je n’ai pas lu beaucoup :

    29 – La réécriture d’un conte de fées : Cinder de Marisa Meyer : vraiment très bien même si certains points sont cousus de fil blanc, c’est une série dont je vais lire la suite avec plaisir.
    37 – Un livre interdit / censuré : Persepolis de Marjane Satrapi
    7 – Un livre qui te fera pleurer : Deux petits pas sur le sable mouillé de Anne-Dauphine Julliand : oui j’ai beaucoup pleuré mais c’est un témoignage vraiment plein d’amour.
    48 – Le premier livre d’une série : Langelot Agent secret du Lieutenant X (relecture, j’adore !)

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s