Au fond de ma tasse

Au fond de mes tasses de thé et de tisane, il y a mes espoirs déçus, mes angoisses inavouées, quelques larmes salées qui ont coulé et toutes celles que j’ai retenues. Il y a la recherche de réconfort dans quelque chose de chaud, d’épicé, de sucré. Il y a ces milliers de petites conversations banales, celles du matin quand tu cherches tes clés, les confidences et les rires entre collègue le midi, une journée racontée sur le coin de la table en fin d’après-midi.

Il y a les générations passées, et leurs centaines de petits gestes associés, et peut-être, aussi, en filigrane, les générations à venir. Combien de fois me suis-je surprise à tenir ma petite cuillère de la même façon particulière qu’avait mon grand-père de le faire ? Combien de fois ai-je mis en route la bouilloire au travail de ce même geste machinal que ma grand-mère allume sa cafetière tous les matins ? Au fond de ma tasse, assurément, il y a une partie d’eux qui vit.

tee-663094_1920

Source : nile

Le thé est bien plus qu’un breuvage avalé en quelques secondes entre le dessert et la vaisselle. Les anglais disent toujours qu’il n’y a rien qu’une tasse de thé ne puisse arranger, et même si je reste très sceptique sur la question, dans le doute, je me dis qu’il vaut mieux essayer. Parfois, la chaleur d’une boisson extérieure réchauffe un peu de ce trou que l’angoisse creuse au fond de moi. Pendant quelques minutes, la chaleur me tient compagnie et je suis moins seule.

L’infusion, c’est ma compagne d’insomnie. Pendant ces heures qui n’appartiennent à personne, où tout le monde dort, ces heures où je m’interdis l’utilisation de tout écran, ma tisane me tient compagnie. Aujourd’hui, j’ai dérogé à la règle : l’anxiété est trop forte pour être contenue au fond d’une simple tasse, alors j’ai allumé l’ordinateur.

Au fond de ma tasse cette nuit, j’ai trouvé un constat qui ne me plaît pas. Oh, bien sûr, il disparaîtra bientôt, comme les résidus de thé au fond de ma tasse rincés par la mécanique implacable du lave-vaisselle, mon angoisse sera emportée par le printemps et la vie qui jamais ne s’arrête pour te laisser reprendre ton souffle.

Mais en attendant, il n’y a qu’une chose qui tourne dans ma tête : je ne vais pas y arriver. Je ne suis pas à la hauteur. Le travail. Les rendez-vous avec les parents, qui semblent s’être tous ligués pour demander à me voir ces derniers temps. Les réunions. Les dossiers à remplir pour prise en charge de la surdité d’untel, de la dysphasie d’unetelle, d’un autre handicap pour un troisième. Le cap de la date anniversaire. Et les réunions, encore les réunions, toujours les réunions. Les prises de contact avec l’orthophoniste de truc, la neuropsychologue de bidule, l’éducateur de machin. Et les rendez-vous PMA. La route, la pluie, le vent, l’impossible place de parking, les centaines de mètres à pied dans la tempête, les prises de sang, les échographies, jongler, toujours jongler, me lever, conduire, faire ma journée, conduire, me piquer, dormir, recommencer.

Au fond de ma tasse, ces derniers jours, j’ai trouvé constat impossible à avouer : ce n’est pas que j’aie envie de mourir, ne te méprends pas, mais en ce moment je n’ai pas spécialement envie de vivre. Je voudrais pouvoir faire pause et arrêter d’exister un peu. Oh, pas prendre un arrêt, pas partir en vacances, non. Juste pouvoir m’effacer, peut-être me vider de toutes ces larmes retenues, me dessécher, puis me réincarner dans le corps de quelqu’un qui n’a pas tous ces boulets attachés aux chevilles, aux pieds, aux genoux, et où sais-je encore.

Il est 6h34, et je sais une chose : cette journée va être longue…

Publicités

9 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s